AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le soleil revient à Prodiges ! C'est bientôt l'été !
 

Partagez | 
 

 En retard pour un premier jour de cour, sa le fait non?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ketsueki Suta
Violoniste mélancolique ~
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 29/07/2011
Age : 23
Localisation : Pas en retenue en tout cas!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Ketsueki Suta 16 ans
Talents~:
Classe: Dorée

MessageSujet: En retard pour un premier jour de cour, sa le fait non?   Mar 2 Aoû - 14:32

Il devait être six heures. On était le premier jour d'avril. Le soleil se couchait et le temps était assez agréable. par agréable, j’entends bien sur qu'il n'y avait pas de vent et que le soleil réchauffait un peu l'air ambiant. Mais ce n'était sûrement un temps pour rester seul dehors. D’ailleurs, il y a une fille assise sur un banc devant l'entrée de la célèbre école : Prodiges Pensionnat. Était-elle nouvelle? Peut être, mais elle n'en a pas l'air en tout cas! Elle était assise sur un banc, un étui de violon à côté d'elle et c'est tout. Ses courts cheveux brun voletait dans l'air à cause d'une petite brise. Elle n'avait aucun bagage, aucune valise. Venait-elle passer un concoure pour entrer dans le pensionnat ? En tout cas, quoi que cette fille avait fait, elle n'avait pas vraiment envie de bouger de là. Elle était assise et elle écoutait de la musique à l'aide de son gros casque rose à fourrure. Elle mangeait une sucette, tranquillement installer sur un banc en se préoccupant de rien du tout! Finalement, elle se leva, enleva ses écouteurs et s'étira. Cela devait faire plusieurs heures qu'elle attendait mais visiblement, personne ne l'avait remarquer. Elle regardait dans les environs personnes. Elle semblait assez contrarier. Il faisait calme, les oiseaux ne chantait même plus. Les feuille de cerisier tombait à cause d'une légère brise. Cela ce voyait que l'on était en avril. La jeune fille se tourna vers le banc et sortit son violon. Pas n'importe quel violon, non! Un véritable Stradivarius, estimer à une sacrer fortune! Mais pour elle, il n'avait pas de prix! Elle se tourna vers le pensionnat et commença à jouer une mélodie mélancolique. Le son de l'instrument résonnais dans tout le pensionnat. Elle espérait que personne ne l'entende, pourquoi? Pour ne pas se faire remarquer enfin, ce n'est pas si grave si on l'entend. Elle attend depuis sept heures du matin devant la célèbre école, mais elle n'avait pas oser y entrer. Sur son étui de violon, était grave un mot. Certes mignon mais assez triste :" A toi notre ange que nous regardons depuis là haut, fait de ton mieux pour réussir, Ketsueki!" La jeune demoiselle s'appelait donc Ketsueki. Elle continuait de jouer, concentrée et envoutée, jusqu'au dernier son, jusqu'à la dernière mesure. Elle s'arrêta et commençait à s'impatienter, puis elle dit à voix haute :
-J'aurai peut être du aller au secrétariat pour dire que j'étais arrivée...Bah, de toute façon, arriver en retard pour un premier jour de cour, sa le fait non? Non, de toute façon, ils n'ont même pas remarquer que j'étais pas là! Donc, ce n'est pas si grave!
Elle n'était pas vraiment sûr de se qu'elle disait, mais bon, maintenant, il devait être un peu trop tard pour aller au secrétariat et se présenter! Il ne lui restait plus qu'a attendre le matin. Mais bon, vu comment elle était habiller, elle serait morte de froid avant. Elle avait mis sa tenue préférer: Un haut blanc avec un col bleu et de petit pompon sur les manches, un châle blanc à revers bleu est attacher à son pull, une mini-jupe blanche à carreaux bleu, des collant rayer blanc et bleu et de petite chaussure noir. Le vent souleva un peu sa jupe, qu'elle remit en place immédiatement. Elle regardait le monde de ses yeux difforme. Souvent, quand les gens voyait qu'elle avait des yeux de couleurs différentes, il la repoussait comme un monstre. Mais elle, elle en était fière de ses yeux! Sa mère lui a toujours dit : Être différent, c'est ça qui rend ce monde merveilleux. Même si les gens se moque de toi, dit toi que tu es unique! Et Ketsueki suivait toujours se conseil! Elle finit par se retourner et regarda un oiseux s'envoler. Elle rangea on violon et se remit assise sur le banc. Elle regardait le pensionnat et examinait chaque fenêtre qu'elle voyait. Finalement, elle remis ses écouteurs et ré écouta la musique. peut être que quelqu'un l'avait vue et que cette personne allait l’accueillir, enfin, Ketsueki n'y pensait même plus! Elle se contentait de fermer les yeux et de se plonger dans sa musique. Sans s'en rendre compte, elle commença à fredonner cette chanson (Kokoro : Rin/Len) Mais quand elle s'en rendit compte, elle essaya d'arrêter mais elle n'y arrivait pas, elle donc du se résigner à écouter de la musique et resta seule, dans le calme. Tendit que le soleil se couchait, le vent se levait. Cette fois elle était sûr d'une chose : si quelqu'un ne la trouvait pas avant la tombée de la nuit, elle mourra de froid!

--------------

Merci à Ai pour le kit! ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurusu Black'Shouu
Mad & Evil Prodige

avatar

Messages : 684
Date d'inscription : 28/07/2011
Localisation : Dans mon bureau

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Black'Shouu Kurusu, 20 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: En retard pour un premier jour de cour, sa le fait non?   Jeu 4 Aoû - 0:07

Kurusu s'était levé très tôt, comme à son habitude en fait, il devait être trois heures du matin quand il ouvra ses yeux. Après être finalement sorti de son lit, dix minutes s'était écoulé, il avait bu son café noir et pris sa douche. Pour vêtements, Kurusu avait mis une tenue à l'image de son style et de sa personnalité. Il portait un jeans, noir et trouée avec plusieurs ceintures réunies en une de couleurs flashy. Son bas était accompagné de son débardeur à rayures aussi flashy que sa ceinture et par-dessus ce premier haut, se trouvait son gilet "fétiche" ! Un gilet noir, aux manches courtes et à la capuche ayant des fermetures et des bordures de maintes et maintes couleurs vives. Le noir de sa tenue représentait son caractère sadique et pervers, quant aux couleurs vives, celle-ci représentait en quelque sorte sa folie et son masqua armé d'un énorme sourire trompeur. Il avait mis plusieurs bijoux, certains avaient une valeur sentimentale, d'autres non. À son cou, nous avions de multiples colliers qui étaient tous reliés par un cadenas au centre. Il portait des bracelets aux multiples couleurs et des bagues, trois exactement dont une qui lui est très cher, car celle-ci lui vient de sa "petite soeur", Miki. Pour finir sur ses bijoux, il mit une boucle d'oreille, un cristal qui selon l'angle reflétait plusieurs couleurs. Pour en terminer avec sa tenue, il porta ses basket noirs aux lacets vifs. Nous sommes tous d'accords sur un point... Sa tenue ne lui donne pas l'air du tout d'être le Directeur de cette fabuleuse Pension ! Malgré tout, tous, le reconnaissent et tous, le respectent. Même s'il ne porte que des habits de ce genre. Et puis franchement, Kurusu se fout royalement de ne pas avoir l'air d'un "directeur" et il ne changera pas, juste pour le plaisir de certains.

Nous sommes en ce moment, le premier avril et c'est le jour de la rentrée... Kurusu n'avait pas l'intention de se rendre dans la cour à huit et encore moins de se présenter aux nouveaux pensionnaires. Cela le soulait plus qu'autre chose, en publics il ne pouvait rien en tirer... Il ne l'avait pas fait l'année dernière et donc ne le fera pas cette année, ni les suivantes d'ailleurs. De plus, un Bal-Banquet allait être organisé, là-bas il devra se présenter et lors de cette occasion accueillir les nouveaux et encourager les anciens. Il avait décidé de se présenter correctement lors de cet évènement et surtout lorsqu'il ira danser avec les jolies demoiselles de sa chère pension ! Non seulement c'est plus agréable, mais en plus il pourrait repérer ses <> ! Mais bref, passons. Vers cinq heures du matin, il avait, enfin, finit de se préparer. Je peux vous dire que c'est presque un miracle ! En général, n'étant pas du matin, il prend TOUT son temps, limite vitesse tortue. Hors ce matin il avait une bonne raison de se lever et partir tôt. Il avait décidé de partir à la recherche de nouveaux talents ! Des personnes aux dons rares qu'il ferait devenir des Prodiges. Qui plus est, par la même occasion, il serait en dehors de la pension et donc personne ne viendrait le chercher pour qu'il aille à la rencontre des nouveaux venus ici lors de cette deuxième année.

Il avait passé la journée à l'extérieur, sans aucun regret de laisser tous les nouveaux perdus aux surveillants et aux professeurs de son établissement. Néanmoins, il craignait son retour pour tout le boulot qu'il aura à rattraper. Pour ce qui était de son personnel, il savait qu'ils tiendraient le coup, après tout il les avait recrutés pour ça. Il n'avait pas engagé de bons à riens ! Il devait être huit heures quand Kurusu était arrivé en ville, l'heure à laquelle les pensionnaires de sa pension devaient arriver et/où devait se trouver en classe, enfin surtout la découvrir. Lui avait était dans plusieurs barres, plusieurs parcs et autres scènes ou endroits connus pour trouver ce qu'il cherchait. Par la même occasion beaucoup lui avait demandé des photos ou des autographes, je vous rappelle qu'il est assez connu dans le monde ! Pour ses nombreux talents. Il avait, lors de sa journée, rencontré beaucoup de personnes, plusieurs avaient du talent, mais aucunes de ses rencontres n'avaient le petit plus ! Pour devenir un véritable prodige.

Plus tard dans la journée, il ne regardait pas l'heure donc je ne serais pas le précisé. Il décida de rentrer et de se mettre au boulot. La rentrée est un dur moment et en particulier avec les nouvelles inscriptions. Entre les chambres à attribuer, les professeurs à briffer, les élèves à rencontrer et à leur donner des conseils, plus le boulot administratif ! La rentrée était le cauchemar de Kurusu ! Mais Kurusu prend cette pension très à coeur et malgré son caractère, il tient à ce que tout se passe pour le mieux au sein de sa pension. Il s'appliquait plus qu'on ne pourrait le croire dans la pension mais bon après tout on ne peut pas le nier... Les résultats sont flagrant, il suffit de regarder la popularité de cette prestigieuse pension.

Une fois qu'il était arrivé devant la pension, quelque chose où quelqu'un plutôt, attira son attention. Un bruit, aussi magnifique soit-il l'avait attiré comme un aimant à l'endroit de la source qui n'était que l'entrée du bâtiment. Cette entrée qui sépare le monde réel et ce monde de talents. Cette entrée qui sépare les êtres normal aux êtres uniques. Cette magnifique entrée qui accueille les futurs Prodiges. Il remarqua une jeune fille, c'est elle qui l'avait attiré enfin, plutôt le son qu'elle jouait ! Il l'avait surprise en train de jouer du violon. Il la regardait, dans l'ombre, sans intervenir. Au départ il pensait que c'était une jeune fille qui cherchait à entrée dans cette pension en attirant l'intention vers elle. Mais après l'avoir examiné un peu plus il se souvenu d'elle ! Cette fille, il l'avait déjà entendu, oui dans un petit café et quelques jours après, il lui avait envoyé une lettre, lui disant que si elle désirait devenir un prodige du violon, elle avait le droit d'étudier au Pensionnat Prodiges. Il la fixa un petit moment... Pourquoi était-elle là ? L'avait-on fait sortir ? Il ne comprenait pas très bien la situation, un moment il pensa qu'elle pourrait être en retard mais dans ce cas-là ce serait bien la première fois ! Et puis au lieu d'attendre là, elle aurait pu rentré et allée au secrétariat. La première impression qu'il avait d'elle, était qu'elle était stupide. Elle s'était rassis sur le banc qui était près d'elle, et mis ses écouteurs. Elle chantonnait une mélodie et attendait... Elle attendait que quelqu'un vienne la chercher ? Était-elle folle ? Les surveillants ne surveillent pas le dehors de la pension et les professeurs n'ont pas que ça à faire, ils doivent préparer leur cours. Kurusu arriva devant-elle, et prenant ses écouteurs pour les mettre à ses oreilles, il dit.

- Tu es plus douée au violon qu'au chant, ma belle ~ Puis-je savoir ce qu'une demoiselle aussi jeune et mignonne que toi, fais seule ici ?

Kurusu était un vrai coureur de jupon et la jeune fille fasse à lui était jolie. Il n'allait donc pas se priver, de toute façon il est comme ça avec toutes les femmes qu'il croise mais surtout la jeune femme qui se tenait face à lui ne devait pas le prendre au sérieux. Kurusu avait un sac en bandoulière, noir. Il l'ouvrit et sortit un dossier qui contenant l'identité de la jeune fille. Kurusu a toujours les dossiers important sur lui, comme les nouveaux inscrits. Cette fille se nommé Ketsueki Suta et avait seize ans. Elle était plus jeune que lui, mais cela se voyait. En s'approchant d'elle et en fermant le dossier, il repris.

- Ketsueki Suta n'est-ce pas ? Ne devrais-tu pas être en classe ? Où au dortoir des filles, plutôt que dehors ?

--------------
Spoiler:
 

Spoiler: