AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le soleil revient à Prodiges ! C'est bientôt l'été !
 

Partagez | 
 

 Una notte en la plaza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Una notte en la plaza   Jeu 20 Oct - 19:34

Niccoló sortait de son hôtel après s être changé. Le journée avait été sportive, il était donc rentré prendre une douche et ôter ce survêtement horrible, reprenant son habituelle livrée de majordome. Ironique pour un parrain de la mafia italienne. Armé de tout un tas de petits objets pour ses illusions et manipulations, ainsi que de quatre pétoires de gros calibre, l italien au regard de braise s était arrêté sur la place, et fumait, adossé à la statue d un quelconque homme important de la ville, de la région ou du pays. A vrai dire, il se foutait complètement de le savoir et savourait sa cigarette dans la soirée au climat doux qui s offrait à lui.

Après avoir fini sa cigarette et observé les étoiles un petit moment, il sortit ses cartes et commença a répéter des tours. Couper, mélanger, effeuiller le paquet, il savait le faire mieux que personne. Deux types plutôt quelconques le surveillaient depuis un moment, il leur fit un signe de la main. Pas un salut, juste un claquement de doigt suivi d un majeur et d un annulaire pointés vers le bas. Les deux gars acquiescèrent d un signe de tête et lui envoyèrent un petit paquet, qu il réceptionna sans problème. Il l ouvrit et prit la petite bouteille a l intérieur. Elle était remplie d un liquide huileux noir verdâtre. Il en but un coup, et la rangea. Il souffla et remercia les deux gars d un signe de tête. Ses deux gardes du corps. Il tourna la tête après avoir rangé le récipient, et s avança pour quitter l endroit, regarda derrière lui et...PAN! Il rentra dans une jeune femme, plutôt jolie, et la renversa...il l aida a se relever, et s inclina devant elle a la manière des vassaux de seigneurs a la renaissance.


- Je...je vous prie de m excuser, je ne regardais pas où j allais...


Dans un réflexe qui lui était devenu tout à fait naturel, il esquissa un sourire léger, plissa très légèrement les paupières pour rendre son regard plus mystérieux et plongea justement ce dernier dans celui, azuré, de la jeune fille. Elle devait avoir a peu près son âge, plutôt mignonne, des cheveux longs et coiffés soigneusement. Un autre garçon aurait commencé à frimer, mais il savait que cela ne mènerait a rien. Il se félicita d avoir eu l idée de se rafraichir la gorge, et l haleine au passage, avec cette huile dont le goût seul aurait suffi a faire avoir un orgasme au plus inexpressif des inexpressifs: d une apparence banale, ce mélange de dopamine et de fruits permettait au vénitien de ne pas avoir l air morose en permanence, mais avait parfois quelques effets secondaires. Sa coquille cachant justement un de ces effets secondaires, a moins qu il ne soit du a la jeune fille devant lui, personne ne pourra répondre à cette question, à savoir "qu'est-ce qui, en cet instant, provoquait chez l italien une érection a en faire pâlir un taureau?". Il s était légèrement écarté de cette jeune personne en face de lui, se pliant légèrement pour éviter de laisser voir son entre jambe. Il rougit légèrement cependant. Son teint pale ne marquait pas beaucoup, mais on pouvait deviner que quelque chose le génait un petit peu...
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Dim 30 Oct - 14:13

Constance venait enfin de finir ces cours et elle décida d’aller ce balader en ville histoire de se changer les idées après cette dure journée . Encore une fois elle c’était retrouver dans le bureau de surveillant à cause du professeur de mathématique qui lui en voulait pour un malheureux accident qui c’était produis quelques jours plus tôt , ce n’était pas de sa faute si elle adorait voir cette air de colère et de gêne sur le visage du vieux ! Et puis faute de pouvoir voler des tableaux avec sa sœur elle devait ce contenter de petite chose et le fait qu’il ait cacher une belle voiture , très belle voiture dans les parking du pensionnat avait donner envie a Constance de se lancer un petit défis . Bon après qu’une personne ait foncer dans la voiture n’était entièrement pas sa faute et pourtant le professeur en était persuader . Mais certes passons la jeune fille qui ne passait pas inaperçus avec ses long cheveux blond où aucun cheveux dépassaient et sa robe blanche bustier marchait tranquillement en direction de la ville sans se soucier de ce qui se passait autour .

Au bout de quelques minute de marche Constance décida de faire une pause et se posa sur le rebord d’une des fontaines de la ville au frais et au calme où le seul bruit qu’on pouvait entendre était le clapotis de l’eau . Une heure passa sans que Constance s’en rende compte car elle c’était endormis sur le rebords de la fontaine , et quand elle se réveilla on était en début de soirée . Elle se releva un peu perdu mais elle sortit vite de son état second . Elle épousseta sa robe , vérifia que ses cheveux n'étaient pas décoiffé - ils n’avaient pas bouger - et continua un peu à ce balader . A un moment un bruit attira son attention et elle regarda sur sa gauche … puis elle se retrouva par terre sans comprendre ce qui ce passait . Un jeune homme venait de la percuter et elle était tomber sous le choque , et alors qu’elle allait lui dire de faire attention où il allait mais il l’a prit de court en l’aidant a se relevé et il s’inclina devant la demoiselle ce qui la surprit beaucoup .

-Je … je vous pris de m’excuser , je ne regardais pas où j’allais … , dit le jeune homme .

Il plissa un peu son regard qu’il plongea dans le regard de Constance et sourit légèrement . Mais sur qui était tomber Constance ? De nos jours plus personne ne ce comportait comme ça même si a vrai dire c’était très agréable de voir un si jeune homme se comporter en parfait gentleman .

- Ce n’est pas grave . Je m’appelle Constance , Constance Greene . Et vous ?

Le jeune homme s’écarta et se plia un peu . Constance le regarda avec plus d’attention . Il avait les joue qui avait légèrement rougie comme si quelque chose le gênait , puis elle le regarda des pieds à la tête . Il était plutôt agréable à l’œil et … Ah . C’était donc ça qui le gênait ? Constance sourit amuser mais ne dit rien afin d’éviter d’embarrasser encore plus le jeune homme d’on elle ne connaissait toujours pas le nom .

[ C'est quoi ta couleur Nicco pour les dialogue ? ^^' je l'ai pas trouver dans le recensement ^^' ]

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Lun 31 Oct - 16:31

( j'avais oublié de la marquer, je penser l'avoir mise en meme temps que celle de Kabal, mais non ^^")


Bonne nouvelle, la jeune fille ne semblait pas agacée que Niccó lui soit violemment rentré dedans. Elle se présenta, puis se mit à sourire. Niccoló ne comprit pas tout de suite, jusqu'à ce qu'il voie où s'etait arrété le regard de la demoiselle. OK, la coquille etait devenue un peu petite. Il allait devoir retourner dans un magasin de hockey ou de boxe Thai pour se trouver une nouvelle coquille en carbone...au prix que coutaient ces trucs là, il allait vite finir sur la paille...ou pas, après tout. Il se présenta aussi, après tout il devrait bien le faire à un moment ou à un autre et cette jeune femme etait d'une beauté ahurissante. elle avait quelque chose que toutes celles qu'il avait cotoyées jusque là n'avait pas, comme...Comme una aura. Dans la même optique que son ancêtre, Niccoló pensait que la femme était supérieure à l'homme de par son expressivité et sa manière de se faire c omprendre et désirer. Soit elle lui trouvait aussi un petit quelque chose en plus, soit il ne méritait pas le nom de Casanova, car incapable de percevoir ce que souhaitait une femme.

- Enchanté de vous rencontrer, damoiselle. Je suis Niccoló Giacommo Casanova di Bernardo dei Macchiavelli. Mais je vous en prie, appelez-moi Nicco ou nous n'en finirons pas. S'il vous sied, offrez-moi une chance de me faire pardonner de cet incident fortuit qui vous fit choir par ma faute voila une petite minute...Daigneriez-vous accepter que je vous offrit un verre, et ma compagnie jusqu'à tant que vous ne parveniez plus à supporter mes manières desuettes?

le sourire sur les levres du Venitien s'agrandit. Desuettes, ses manières, elle l'étaient, mais la gent féminine avait souvent du mal à se lasser de cette galanterie et de cette serviabilité qui faisait de ce jeune parrain de la mafia un être aussi aimé que craint. Donc potentiellement très très craint. Lui offrant son bras comme il se devait lorsqu'un hiomme invitait une femme à partager sa compagnie, il jeta un regard de braise à Constance, accompagné d'un sourire charmeur. Catégorie dragueur, il devait etre un des plus entraînés au monde. etant le troisieme enfant de la fratrie decoulant de la famille Casanova, il avait été éduqué dans un respect de la femme complet, et s'etait vu enseigner le romantisme, la galanterie, et les astuces gestuelles pour seduire, tel un jeune paon qui comprend comment déplier son empennage. Et quel mal y avait il a inviter une jeune fille à se promener et boire un verre, d'alcool ou non? Observant la jeune fille qui se trouvait devant lui, qu'il trouvait aussi belle que le jour et la nuit réunis, il se dit qu'après tout, ni elle ni lui ne seraient dénigrés d'avoir été vus ensemble: sa réputation de gentlement plein aux as l'avait précédé. Et avait même précédé sa réputation d'illusionniste de talent,(donc il ne s'agissait pas d'une mince affaire) ainsi, le voir en compagnie d'une belle demoiselle ne serait pas un ennui, et pour elle non plus...enfin, il l'espérait.


[Sorry, c'est super court, mais j'ai fait ça en cinq minutes ^^"]
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Lun 31 Oct - 23:20

Constance était toujours en train de sourire quand il se présenta .

- Enchanté de vous rencontrer, damoiselle. Je suis Niccoló Giacommo Casanova di Bernardo dei Macchiavelli. Mais je vous en prie, appelez-moi Nicco ou nous n'en finirons pas. S'il vous sied, offrez-moi une chance de me faire pardonner de cet incident fortuit qui vous fit choir par ma faute voila une petite minute...Daigneriez-vous accepter que je vous offrit un verre, et ma compagnie jusqu'à tant que vous ne parveniez plus à supporter mes manières desuettes?

- J’accepte votre proposition avec plaisir , dit elle simplement en souriant amuser . Dîtes moi , si je ne suis pas trop indiscrète bien sur , vous êtes italien ?

Constance avait , certes , repéré Casanova dans son nom et avait très bien compris de quelle lignée descendais Nicco mais il n’y fit pas plus attention que ça mais elle avait faitplus attention a son accent plutôt mignon . La plupart des personnes aurait tout de suite voulu savoir si il était un vrai descendent de Casanova et aurait sans doute réagit comme des adolescente qui ne contrôle pas leurs hormones et qui voient leur acteur préféré passer devant elles . Mais voila , Constance n’était pas tous le monde . Chacun avait sa famille son histoire et à ses yeux elle détestait les gens qui devenait totalement hors de contrôle juste a cause d’une autre personne et donc elle ne faisait pas ça par respect pour la personne en face . Elle n’avait donc pas assommer le jeune homme par des questions stupides - bien que sa question n’était pas forte intelligente - et même si elle n’avait pas la confirmation de son hypothèse elle s’en fichait un peu . Il lui proposa son bras , qu’elle accepta avec plaisir étant donner que les bonnes manière du jeune homme plaisait énormément à Constance . Elle l’observa discrètement un peu plus que la dernière fois vu que … enfin certes , il était mince un teint asses pâle il avait des yeux rouges ce qui était très peu commun mais Constance aimait bien ce qui sortait de l’ordinaire il avait un accent et il était bien habiller - Elle commençait à en avoir marre des tenus de ses camarades de classe totalement … horrible . En faite il ne laissait pas totalement la jeune femme indifférente , au contraire elle était plutôt contente d’être en compagnie d’un homme aussi plaisant .

- Alors Nicco ? Où m’emmenez vous ? Demanda la jeune femme en souriant au gentleman qui se trouvait a côté d’elle .

En faite , même si elle ne le connaissait pas elle lui faisait confiance bien que sa soit asses étonnant que en si peut de temps elle ait accorder sa confiance à une personne presque inconnue . Et puis de toute façon si il faisait un truc étrange ou si il l’agressait il risquerait surement de se retrouver à l’hôpital avec des os cassés et une grande douleur à certain nivaux . Mais vu l’attitude du Nicco depuis leur rencontre Constance en doutait fort .

[c'est horrible , moche ,laid court mais je suis morte là ^^' désolé ~ Si tu veux que je changes des choses hésite pas ^^ ]

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Mar 1 Nov - 7:30

Bon, la question posée par Constance n etait pas indiscrete, juste...bizarre. l'accant venitien de Niccoló était reconnaissable entre mille, mais, par civilité, il repondit, tandis que la demoiselle glissait son bras sous celui de l italien. Soulagé de voir qu 'elle ne s occupait plus de ses problemes d entrejambe,il sourit de plus belle

- En effet, je suis aussi italien que possible. Je ne connais pas la ville par coeur, mais, si vous ne voyez aucun inconvenient a marcher un peu, il y a a cinq cent metres d ici un café a l ambiance plaisante ou le parquet de danse accueille tous les soirs ceux qui ont le courage d y monter, et je trouve, personellement, qu'il est bien agreable de boire ou de manger devant ce spectacle continu. Qu en pensez- vous?

Serviable, galant et poli en presque toute circonstance, voila les trois princpales qualités du venitien...bien que sa manière de parler aie quelques siecles de retard sur l'époque. Optant pour un petit coup d eclat, il passa sa main libre devant sa boutonnière, à laquelle était accrochée une rose rouge dont les epines avaient été ôtées avec soin. Qui vit ses petales blanchir, pour au final ne garder qu'un coeur de petales rouges. Le premier acte d un tour en trois etait terminé. Il passa a nouveau sa main devamt la fleur, a dix centimetres de son habit, referma son poing et la fleur n etait plus là. Il se tenait le menton, comme en proie a une intense réflexion, et devisageait Constance, qui semblait faire de même, et,evidemment, leurs regards se croisèrent. À nouveau, la voix de tenor de Niccoló se fit entendre, douce, et toujours agrémentée de cet accent chantant qu'était le sien.

- Souvent, les gens vantent l'elegance et la beauté de la rose. Je préfère adresser mes compliments à celle qui la porte. Sans vouloir vous offenser, vous êtes magnifique, Constance.

En effet, il cherchait, depuis qu il lui etait rentré dedans maladroitement, un moyen d exprimer ce qu il pensait. L idée de la fleur etait venue donner un peu de mise en scène, chose pour laquelle Niccoló était un des plus inventifs. Leurs regards plongés l'un dans l'autre, l'italien fit mine de rajuster une mèche derrière son oreille. Dans un face-à-face dans ce genre, le reflexe d imiter l autre etait fréquent, et si elle le faisait, a main libre irait decouvrir une rose blanche au coeur rouge qui était arrivée là "on ne sait comment".

Si Constance acceptait d aller dans l'etablissement dont parlait Niccoló, il l emmenerait vers le café annoncé, sinon, c etait vers l'ouest que l'on trouvait la plus grande concentration de bars, d'hôtels, et de restaurants. À Constance de decider de leur prochaine destination.
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Mer 2 Nov - 20:09

-En effet, je suis aussi italien que possible. Je ne connais pas la ville par cœur, mais, si vous ne voyez aucun inconvénient a marcher un peu, il y a a cinq cent mètres d ici un café a l ambiance plaisante ou le parquet de danse accueille tous les soirs ceux qui ont le courage d y monter, et je trouve, personnellement, qu'il est bien agréable de boire ou de manger devant ce spectacle continu. Qu’en pensez- vous?

Constance sourit intérieurement , ses année de cavale à travers les pays avec sa sœur lui avait appris beaucoup de chose et elle pouvait maintenant reconnaitre les accents des gens ce qui pouvait être fort utile parfois . Elle réfléchit . Certes la compagnie de ce jeune homme était fort agréable mais elle n’aimait pas trop regarder des gens dansée surtout si elle devait les voir un certains temps c’était un peu trop ennuyant à son goût , mais après tout pourquoi pas .

- Si vous voulez mon cher . Je vous suis , dit elle en continuant de la regarder .

Elle sourit intérieurement en se rappelant ses années de vie folle avec sa sœur . Elle passa vite faite sa main sur sa robe en voyant qui plie c’était former et replongea son regard dans celui de Nicco . Il c’était un peu agitée et elle ne savait pas vraiment pas pourquoi jusqu’au moment où il dit que les gens ventaient souvent l’élégance et la beauté de la rose ce qui la rendit un peu perplexe :  ca venait faire quoi dans leur conversation ?  puis il dit une chose qui surpris beaucoup Constance et qui la fit rougir : il la trouvait magnifique . Il fit mine de remettre une mèche alors qu’ils se regardaient tout les deux dans les yeux et Constance l’imita et quelque chose vint percuté sa main quand elle la passa derrière son oreille . Elle retira la chose qui ce trouvait dans ses cheveux et vit une rose blanche au cœur rouge magnifique - elle savait enfin pourquoi il parlait de rose - et elle sourit de plus belle toujours les joue un peu rouge sous l’effet de la surprise .

-Merci , dit elle en lui souriant , Décidément vous êtes pleins de surprise Nicco . Dîtes moi mon cher , êtes vous un étudient au Prodige Pensionnat ?

Ca lui était venus comme ça . Il devait a peu être de son âge , quoi que un peu plus jeune mais il avait les « critères » d’un élève a Prodige - elle avait longuement observer les pensionnaire et c’était rendus compte que leur talents était tous très différent et qu’ils avaient tous des particularités qui les différenciait des autres personnes . Elle lui sourit encore une fois et garda la rose dans sa main libre

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Jeu 3 Nov - 12:57

- Oui, j'ai reçu une invitation au pensionnat voila maintenant deux semaines, et je commence mes cours demain en classe dorée. Le principal semble avoir repéré mes talents en matière d illusions, ainsi que dans un autre domaine, qui est venu bien plus par les liens du sang que par les études...Enfin, il y a d'autres Prodiges aux talents bien plus impressionnants... Je vous prie d'excuser à nouveau mon impolitesse, Constance, mais je me permets de vous retourner la question, je doute que vous ne me l'ayez posée sans être vous même une Prodige...

Un sourire amical vint se poser sur les lèvres de l italien. Si il continuait sur sa lancée, il ne doutait pas que Constance le trouverait trop entreprenant...Les italiennes ne se formalisaient pas de la fougue du jeune vénitien, mais pour avoir cotoyé des jeunes hommes et des jeunes femmes de tous les pays ou presque, il savait qu'il n y avait qu'en son pays ou presque que cela ne posait pas de probleme. Bien vite, ils arrivèrent devant le café en question, ouvert, comme toutes les nuits, et Niccoló trouva une petite table, entourée de deux chaises aparemment confortable, amena Constance jusqu'à la table en question, et lui tira la chaise en arriere, tant qu'elle etait encore un peu loin pour s asseoir. Ca faisait souvent tache de s asseoir avec la chaise qui s'en allait "toute seule". D'un geste, il l'invita à s'asseoir, attendit qu'elle s'assit sur la chaise, et s'installa sur la sienne. D'un claquement de doigts, il appela le garçon de café, qui les salua poliment, et Niccoló passa sa commande.

- Bonsoir! Vous avez choisi?
- Eh bien pour ma part, je me contenterais d'un peu de Campari, si vous en avez.
-bien sur, on sert de tout ici! et vous, mademoiselle?
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Jeu 3 Nov - 20:31

- Oui, j'ai reçu une invitation au pensionnat voila maintenant deux semaines, et je commence mes cours demain en classe dorée. Le principal semble avoir repéré mes talents en matière d illusions, ainsi que dans un autre domaine, qui est venu bien plus par les liens du sang que par les études...Enfin, il y a d'autres Prodiges aux talents bien plus impressionnants... Je vous prie d'excuser à nouveau mon impolitesse, Constance, mais je me permets de vous retourner la question, je doute que vous ne me l'ayez posée sans être vous même une Prodige...
- Je fais bien partis de Prodige Pensionnat à cause d’un dons assez … spécial qui au yeux de certaines personnes trouve ça choquant , enfin j‘en ai deux plutôt , je vole et je peins . Je suis arriver il y a déjà plusieurs semaine et j’ai repris les cours il y a quelques temps en classe gloire avec ma sœur jumelle après avoir reçut une lettre du directeur , qui est d‘ailleurs une personne bien étrange .

En effet ça rencontre avec le directeur de la pension l’avait un peu marquer , car il était très … étrange . Constance souriait toujours , contente d’avoir eu raison au sujet de Nicco mais d’un côté elle se demanda comment le jeune homme allait réagir en sachant qu’elle volait . La plus part des gens pensaient qu’elle était une sorte de pic poquet mais elle en était bien loin ! Elle soupira , que les gens pouvait être naïf parfois mais il n’avait pas totalement tors non plus . Bien qu’habituellement elle volait avec sa sœur des œuvres d’art , elle faisait souvent le tour des poches des personnes avec qui elle parlait pour être sur qu’elle ne risquait rien , ou quand elle ne connaissait pas la personne pour voir si elle avait des choses intéressante a l’intérieur . D’ailleurs le contenus des poches de Nicco était un peu spécial - oui elle avait déjà fait le tours des poches de Nicco qui ne c’était rendu compte de rien , mais bien sur elle n’avait rien prit . Il avait plusieurs armes a feu , des cartes de crédit , des portables a ne plus en finir , ainsi que d’autre trucs tous très surprenant mais pourquoi pas ?

Quand ils arrivèrent dans le café , Nicco trouva une table et invita Constance à s’asseoir , ce qui la fit sourire une nouvelle fois puis il appela un homme qui travaillait au café pour passer la commande . Nicco demande un « Campari » puis le monsieur demanda à Constance ce qu’elle voulait . Elle n’y avait pas pensée a ça , elle ne savait pas du tout quoi prendre et opta pour l’option de facilité : elle prit la même chose que Nicco . Elle regarda un peu autour d’elle puis elle plongea son regard dans celui du jeune homme en souriant .

[ C'est court désolé ^^' mais j'ai essayer de faire vite ~]

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Jeu 3 Nov - 22:44

- Chapardage et peinture...deux talents qui rapportent gros. Votre soeur s apelle Grace, non? Son dossier était sur le bureau de la surveillante principale quand je suis arrivé pour récupérer mon dossier. Et je viens a peine de faire le rapport entre vos deux noms. Commencer à perdre ses facultés mentales à mon âge, je me demande ce que seront mes vieux jours!

Niccoló éclata de rire, un rire franc, clair comme le cristal. Le serveur apporta les boissons commandées, et Nicco se risqua à payer "one aigain" . Il tira de sa poche un billet, le tendit au serveur avec un "gardez la monnaie" signifiant clairement quil avait d autre chats a fouetter. Il aperçut l air ébahi du serveur, qui
venait de gagner un pourboire de plus de quatre cent quatre vingt dix euros, et sourit légèrement, mais perceptiblement. Si il voulait aller plus loin, il devait, soit user de ses talents, soit se désarmer pour avancer plus légèrement. Il opta pour la seconde solution. Il regardait Constance, qui tenait toujours la rose dans sa main, et qui semblait hésiter à boire. Le moment de parler d'un de ses innombrables secrets était arrivée.


- Je leve mon verre a votre beauté!
( Il porta un toast, puis avala une gorgée de l alcool vermeil au gout amer, qui sentait l orange et la cardamonne. Il ferma les yeux un instant, soupira de plaisir, puis but une seconde gorgée, toujours en savourant le Campari comme si c eut été du platine liquide, avant de reprendre la parole) Si vous voulez savoir, mon second don, que j evoquai à l instant, est plus dangereux que les armes et que la folie...la mort elle même le craint,Le diable aussi. Car il entraine les sentiments. Quoi de plus dangereux et à double tranchant que le don de maitriser la seduction sous toutes ses formes?? Ceux qui en sont avertis peuvent s en protéger si ils le souhaitent, et c est souvent le choix que font les rares personnes au courant. Une démonstration du Don des Casanova peut être vous serait bénéfique, j ai déjà expérimenté le votre,et je ne peux vous reprocher qu une petite erreur: vous avez remis le C275 avec le canon a droite, et non a gauche. Cependant, c était...impressionnant, je ne vous ai pas senti me fouiller.



au fur et a mesure qu il parlait, Niccó activait son Don. Le premier facteur de séduction était son regard. On pouvait presque en palper l intensité, et seul le cerveau de la personne en face pouvait comprendre le message subliminal "aime-moi" que transportait le regard du vénitien, qui demanda à Constance si elle allait bien, si il ne la dérangeait pas trop par sa présence, déplaça sa chaise pour se mettre a coté d elle et ne la quittait pas du regard, chuchotant des compliments que seuls les deux jeunes gens pouvaient entendre. Sa voix, naturellement envoutante, était devenue encore plus qu ensorcelante. Pour avoir expérimenté,quelques années plus tôt le don de sa soeur, meme en ayant été prévenu, il l avait vu rayonnante, sublime, il sentait qu il lui portait une affection gigantesque,un amour sans bornes...et il s était repris en se souvenant qu il s agissait tout de meme de sa soeur, et qu'il ne devait pas aller plus loin.

Niccoló préférait les parfums légers aux eaux de Cologne ou autres parfums forts, et il avait, après sa douche, opté pour un parfum mystérieux,épicé, qui avait fait ses preuves en matière de séduction. En pleine forme, il ne cessait pas son petit manège. Ses doigts vinrent s insinuer entre ceux de Constance,il approcha ses lèvres de la jeune femme, et, alors que leurs bouches s apprétaient à un long et langoureux baiser, Niccoló mît fin à son Charme. Ils étaient là,proches l un de l autre, doigts entrelacés, et Niccó ne reculait pas son visage, ne l écartait pas de celui de Constance.


- le voila, le Don des Casanova. Il peut donner l illusion de sentiments, mais il y a une chose que je ne puis faire par son intermédiaire, et que je fais maintenant. Je vous offre un bijou que tous les voleurs du monde ne pourraient obtenir sans mon accord. Souffrez que je vous offre mon amour, Constance. Mon coeur est à vous, belle ,plus belle que l aurore et le crépuscule,je vous l offre sans hésiter,car vous êtes un écrin superbe pour ceci, peut être même n est-il pas digne de vous...acceptez-vous mon présent, Constance Greene?

un centimètre de plus et leurs lèvres se touchaient. Une minute d attente de plus et un des deux ferait un infarctus. Jamais il n avait éprouvé tant de sentiments,aussi forts et positifs à l égard d une personne,qui qu elle soit. Il cherchait le repos, il venait de trouver sa muse. Il ne bougeait pas, leurs lèvres à a peine cinq millimètres de se toucher,il n osait plus esquisser un mouvement. Il ne pouvait que prier qu'elle partage ses sentiments... [/font]


[HRP fallait bien qu un de nous deux le fasse, alors voila xD désolé, c est assez possessif comme,RP...]
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Ven 4 Nov - 18:43

- Chapardage et peinture...deux talents qui rapportent gros-Constance rigola . Qui rapportent gros ? En effet , sa rapportait beaucoup énormément même -. Votre soeur s apelle Grace, non? Son dossier était sur le bureau de la surveillante principale quand je suis arrivé pour récupérer mon dossier. Et je viens a peine de faire le rapport entre vos deux noms. Commencer à perdre ses facultés mentales à mon âge, je me demande ce que seront mes vieux jours!
- En effet Grace est le nom de ma sœur , et ne vous inquiétez pas pour votre fin de vie , beaucoup de personne ne font pas le rapprochement t’en qu’ils nous ont pas vu côte à côte !Surtout que souvent ils nous prennent pour la même personne , ce qui est assez drôle je dois dire . Dit elle en rigolant .

Le serveur arriva avec les deux boissons et Nicco tira un billet d’une de ses poches et le donna au serveur qui sourit en voyant la couleur du billet après que Nicco lui ai dit de garder la monnaie ce qui était assez généreux de sa part vu le montant du billet . Constance sourit et porta son attention sur son verre qui contenait un liquide rouge et passa ses doigts de sa main vide - l’autre était toujours occuper par la rose - et examina le liquide prudente , hésitant à le porter de ses lèvres .

- Je lève mon verre a votre beauté !- Nicco bu une gorgée , Constance l’imita les joue un peu rose a cause du compliment et elle trouva le breuvage assez bon - Si vous voulez savoir, mon second don, que j évoquai à l instant, est plus dangereux que les armes et que la folie...la mort elle même le craint, Le diable aussi. Car il entraine les sentiments. Quoi de plus dangereux et à double tranchant que le don de maitriser la séduction sous toutes ses formes?? Ceux qui en sont avertis peuvent s en protéger si ils le souhaitent, et c est souvent le choix que font les rares personnes au courant. Une démonstration du Don des Casanova peut être vous serait bénéfique, j ai déjà expérimenté le votre, et je ne peux vous reprocher qu une petite erreur: vous avez remis le C275 avec le canon a droite, et non a gauche. Cependant, c était...impressionnant, je ne vous ai pas senti me fouiller.

Aïe , Constance avait un peu oublier ce détailles qui était pourtant essentiel et il l’avait remarquer ce qui était le pire , mais d’un côté elle avait beaucoup apprécier le compliment c’était bien un première que quelqu’un la félicité de l’avoir « fouiller » sans son accords . Il se passa alors quelques choses étrange , alors que Constance regardait Nicco elle ne put retirer son regard de celui du jeune homme , ses joues se colorèrent d’une teinte rose, son cœur accéléra légèrement et à partir de ce moment là plus rien autour ne la dérangeait , elle n’entendait plus rien , elle était juste concentré sur son interlocuteur qui lui posait des questions auquel elle répondait par oui ou par non sans réfléchir . Nicco rapprocha sa chaise pour ce mettre a côté d’elle et elle ne dit rien , il lui chuchota des compliments qui la firent rougir et elle était en train de se perdre dans la voix du jeune homme totalement envouter , attirer pas toute les facettes du jeunes hommes même par son odeur . Il passa ses doigt entre ceux de Constance et il rapprocha son visage comme pour l’embrasser et Constance s’avança un peu comme pour l’inciter a le faire . Puis … pouf ! Plus rien , Constance cligna des yeux un peu étourdie et les écarquilla en comprenant ce qu’il venait de ce passer . Nicco avait vraiment fait une démonstration et elle n’avait même pas su s’en rendre compte et pire , résister . Elle hésita a se levé et lui mettre une belle gifle ou a lui faire exploser la cervelles avec un de ses joujou mais elle n’eût pas le temps de réagir qu’il prit la parole

-le voila, le Don des Casanova. Il peut donner l illusion de sentiments, mais il y a une chose que je ne puis faire par son intermédiaire, et que je fais maintenant. Je vous offre un bijou que tous les voleurs du monde ne pourraient obtenir sans mon accord. Souffrez que je vous offre mon amour, Constance. Mon cœur est à vous, belle ,plus belle que l aurore et le crépuscule, je vous l offre sans hésiter, car vous êtes un écrin superbe pour ceci, peut être même n est-il pas digne de vous...acceptez-vous mon présent, Constance Greene?

Encore une fois elle hésitait , elle hésitait entre le gifler et l’embrasser . Oui Nicco ne laissait pas indifférente la jeune femme … oui bon d’accords elle avait des sentiments pour lui . Elle approcha un peu plus ses lèvres de celles de Nicco pour qu’elle se touche , et elle lui offrit un baiser . Quand elle écarta ses lèvres elle avait les joues toutes rouges - elle n’avait jamais autant rougit en 19 ans de vie - et elle planta son regard dans celui du jeune homme .

- Cela répond a votre question ? Demanda-t-elle

Bon elle n’avait pas réfléchit avant de faire ça , mais c’était un peu habituelle chez elle , et si il se foutait d’elle c’est simple … il faudrait des semaines pour retrouver tout les bouts de son corps .

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Ven 4 Nov - 23:47

Niccoló s attendait a ce qu elle lui en mette une. En règle générale, en découvrant que l italien avait des méthodes plutôt peu orthodoxes, si elles le découvraient, avaient tendance à lui envoyer une main en travers de la figure. La plupart n'avaient jamais été retrouvées, l autre part avait pleinement satisfait Niccó, qui leur avait fait don de leur liberté, et du plaisir jouissif de porter un coup qui aurait du lui faire comprendre qu il devrait arrêter. En lieu de giffle monumentale, ce fut le doux contact des lèvres de Constance contre les siennes qui l'accueillit. Oui, cela répondait a sa question. Il n aurait pu rêver meilleur dénouement de situation. D une teinte rouge vermeille semblable à celle du Campari dans leur verre, Constance semblait regretter de ne pas avoir réfléchi...et de s être laissée avoir par le don que possédaient tous les descendants de Casanova.

- en effet,cela y répond,et d une manière bien plus positive et agréable que je ne l imaginais, je m attendais, en réalité, à recevoir un aller-retour de votre main droite, comme a chaque fois que j arrête ma démonstration au moment ou la perte de contrôle est totale.

Il se décontracta un peu. Ses épaules semblèrent s élargir légèrement, pour s adapter a de parfaites proportions pour un corps humain, il redressa légèrement la tête, fixant Constance de son regard le plus mystérieux -enfin, il aurait pu faire mieux en utilisant ses talents, mais à de si courts intervalles...lui faire une démonstration de son charisme, d accord. La rendre nymphomane, non. Leurs doigts étaient toujours enlacés, leurs mains posées sur la table,. D un coup, au milieu du majeur de sa belle, était apparu "comme par magie" un anneau doré, porteur d un petit groupe de diamants, soigneusement s disposés et enchâssés dans des petites cavités tout le tour de la bague. Il plongea à nouveau son regard dans celui, azuré,de sa,belle.

Sans un mot de plus, il s'osa a passer au niveau supérieur, embrassant à nouveau Constance. D abord sobrement, puis bien vite il activa inconsciemment une autre facette de son don lorsqu'il passa du smack, baiser d amoureux peu entreprenant à Un véritable French Kiss(et apparemment, il etait entrainé...amourettes ou don ? Seconde solution!) . Leur baiser était sucré, et si voluptueux qu il eut pu paraitre indécent siils avaient été plus âgés., ainsi se dévoilait réellement le pouvoir de l italien. Tout ce qui était relatif a l amour et aux sentiments amoureux (et a lui ) était sous son contrôle. Les yeux clos, il se rendit compte qu ils n allaient pas êtres couple le plus aimé des citoyéns de l endroit...une voleuse et un parrain de la mafia: un couple plutôt... Particulier...comment réagirait-ellequand elle le lui dirait?? Seul le temps permettrait de le dire... enfin, l heure n etait pas a cette reflexion. Il sentait son coeur battre legerement plus vite. Pour la premiere fois que depuis qu il avait fait les frais du Don de sa Famille. Soit elle n etait pas peintre, mais avait un lien de parenté avec lui (au moins au huitieme degré, il connaissait chacun des membres de sa famille proche), soit elle était son ame soeur. Il pencha pour la seconde option, emporté par un cyclone de bonnheur et de passion tandis qu il l embrassait. Oui, ils etaient complémentaires. Les vivants peuvent mentir par leur paroles, mais l italien parlait le langage du coeur. Et le sien lui criait d arreter sous peine d ilmploser, ce que Niccoló ignora totalement. Il etait bien avec elle, c etait tout ce qui comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Dim 20 Nov - 23:03

Nicco fut apparemment surprit par la réaction de Constance et il s’attendait plus a recevoir une jolie claque au lieu du baiser que Constance lui avait offert . Elle rigola . Les épaules de Nicco s’élargir un peu et il redressa la tête et plongea son regard dans celui de Constance qui le fixait sans se soucier de ce qui se passait autour . Constance sentit une chose apparaitre à son majeur et elle jeta un coup d’œil rapide pour voir ce que c’était . Une bague en or avec des petits diamant dessus avait apparut a son doigt ce qui la fit sourire . Ses joue avait retrouver leur couleur normale pendant qu’elle regardait les yeux rouge du jeune homme en face d’elle .

Cette fois ce fut Nicco qui l’embrassa et pas Constance . Et sa surprit assez Constance car il commença doucement pour ainsi dire pour ensuite passer plus à « un vrai baiser » . Et apparemment il avait de l’expérience et elle n’essaya pas de le freiner bien au contraire , elle se rapprocha un peu plus de lui et passa sa main sur la joue de Nicco les yeux fermer . Elle savait très bien que les personnes autours devaient regarder mais elle était encore assez jeune pour pas que ça fasse bizarre bien que certaine personne devait surement trouver cela très indécent dans un lieu public mais elle était trop occuper pour confirmer cette pensée . Ca lui faisait un peu bizarre , enfin en quelque sorte , vu que depuis bien longtemps quand elle devait embrasser quelqu’un c’était pour se servir de cette personne et pas par sentiment - oui elle avait de l’entrainement dans l’exercice embrasser une autre personne - mais ce n’était pas déplaisant bien au contraire . Avant quand elle devait se servir d’une personne ce n’était pas aussi … agréable que a ce moment là , à moins que ça venait du faites qu’elle aimait Nicco , personne ne pourrait le dire .

Elle finit par rompre le baiser à regret pour s’écarter légèrement pour essayer de calmer ses battement de cœur et afin d’éviter de se faire jeter du restaurant et elle regarda Nicco dans les yeux en souriant .

{ désolé c’pas super ^^’ excuse et c'est très court aussi X.x - ca paraissait plus long sur word ! , si tu veux que je change quelque chose ou que je mettes un peu de dialogue dit le moi parce que là tu vas avoir du mal a répondre je pense ^^’ désolé >.<}

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Lun 21 Nov - 11:35

(mais non, je vais m'adapter, rassure toi...sinon ben alors tu me mp CASH pour me dire si ça te va pas)

    Niccó n'était pas aussi raide et froid qu'il pouvait le paraître au premier regard. D'ailleurs, un type qui, en 3000, porte encore une veste à queue de pie, une montre de gousset, et qui se trimbale en quasi permanence avec deux colosses et une demi-douzaine de pétoires pour assurer sa protection, ça courrait pas les rues, et on préférait les éviter, les types comme ça. Surtout avec des yeux rouge sang et une fâcheuse tendance à parler le français des années 1700. Mais certaines personnes avaient tendance à les apprécier, voire à les aimer, les gens comme ça. Constance en était un parfait exemple. Après, le fait qu'il descendit en droite ligne de Giaccomo Casanova arrangeait souvent les relations humaines. Mais au vu de l'expression de Constance quand il lui avait donné son nom, elle s'en foutait comme de sa première chaussette. C'est pourquoi elle lui avait plu au premier regard.

    Le regard rouge sang de l'italien, plongé dans les yeux azurés de sa belle, il souriait. Il sentait qu'elle ne trouvait pas l'expérience désagréable. il savait qu'elle était sincère. Et elle devrait le savoir aussi, que lui même l'était. Il ne rompit pas le lien qui unissait leurs regards, et attrapa d'un geste sur son verre de campari et le termina, avec une délectation non feinte. Les gens dansaient sur le parquet à quelques mètres d'eux. Il ne les regardait pas. La vieille musique Rock'n'Roll d'Elvis Presley, mort depuis bien longtemps, passait dans les baffles relativement puissantes de la salle. Il ne l'entendait pas. Il était à Constance, et avec Constance. Coeur comme corps, il l'aimait. Ses yeux rougeoyants dans les yeux azurés de Constance, il ne put qu'observer que l'accélération du rythme cardiaque de sa belle, et sourit en pensant que lui même sentait son coeur battre la chamade. Il ne pût résister a l envie qui lui passa par la tête, pourtant déloyale, et laissa passer une infime part de son don, préférant, cette fois ci, qu'elle n'en aie pas conscience. Il était légèrement sadique, mais il trouvait ô combien délectable de voir cette lueur dans les yeux de ceux qui l'observaient, et qui pouvaient se targuer de dire que leur cœur appartenait à l'italien au regard de braise, qui ne se privait d'aucune manière de plaire à ses âmes sœurs.il savait qu'elle lui en voudrait si elle s'en apercevait, mais pour cela, elle eut du avoir ce don, ou y être soumise en permanence. Espérant qu'elle n'échappait pas à la règle, Niccó modula son don avec douceur et parla.Trois mots sortirent de sa bouche. courts, mais qui voulaient tout dire.


    - Je vous aime...


(C est court, sorry)
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Mar 22 Nov - 20:01

- Moi aussi …

Ce fut ces quelques mots que choisit Constance pour répondre à la déclaration de Nicco . Toujours son regard planté dans celui du jeune homme face à elle , elle se sentait attirée par Nicco . Elle se pencha pour que leurs lèvres se touchent une nouvelle fois , et elle l’embrassa passionnément sans gêne la faisant très légèrement frissonner . Puis peu à peu elle reconnut la sensation qui la traversait . Nicco devait jouer encore avec son don . S'il l’avait fait dix minutes plus tard elle ne se serait rendu compte de rien , mais là elle s’en souvenait encore un peu trop pour que ça passe inaperçu bien qu’elle ait mis du temps à comprendre et à s’en rendre compte . Elle se raidit un peu mais elle ne dit rien , embrassant Nicco à la limite de l’indécence …et tout ça pour occuper Nicco . Pendant qu’elle l’embrassait elle le fouillât sans qu’il s’en rende compte pour attraper une des armes à feu de Nicco . Elle la colla sous le crâne de Nicco en se rapprochant un maximum de lui pour que personne ne voit et écarta très légèrement ses lèvres souriante histoire de ne pas attirer les soupçons . Toujours son regard plongé dans celui de Nicco , qui avait une couleur qui fascinait Constance .

- Hum … Si vous aviez recommencé quelques minutes plus tard je ne me serais rendu compte de rien mais malheureusement , vous avez recommencé à jouer avec votre don un peu trop tôt . Je dois avouer que si ce n’était pas vous que j’avais devant moi , vous seriez sûrement en mauvais état à cette heure-ci mais …

Elle n’avait pas fini sa phrase , toujours perdue dans les yeux de Nicco . Elle se demandait pourquoi elle avait réagit comme ça , elle qui avait passé des années à manipuler les gens côté cœur avec sa sœur sans même se soucier de leurs sentiments . Et aujourd’hui, les rôles avaient été échangés en quelque sorte, ce qui la fit sourire . Constance baissa doucement l’arme de Nicco pour ensuite la remettre à sa place sans rien dire . Elle baissa les yeux regrettant beaucoup son geste et elle regarda ses pieds . Elle venait de menacer la personne qu’elle aimait et elle se rendait bien compte que ça avait été totalement stupide de sa part . Parfois , elle se maudissait de ne pas réfléchir avant de faire les choses . Elle regarda rapidement Nicco pour ensuite reporter son attention sur ses pieds - certes ce n’était pas poli mais bon …

- Désolée …


{ x.x je suis désolée c'est nuuuuuuuuuuuuuuuuuul ! }

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Mar 22 Nov - 21:21

    - Vous n'avez pas à l'être. C'est moi qui vous dois des excuses. Cependant je dois vous avouer que j'aurais bien ri si vous aviez appuyé sur la gachette de cette arme. Le chargeur est vide.

    Comme pour confirmer ses dires, Niccoló sortit de sa poche l'arme que Constance avait braqué sur lui quelques instants plus tôt, tandis que sa main droite, fermée en un poing serré, était posé sur la table. il posa, à côté de cette main, qui renfermait quelque chose, et cela se voyait, le pistolet semi-automatique, et ouvrit le poing. douze balles de petit calibre s'y trouvaient. Il savait reconnaître une personne qui s'agitait. Et quand leurs lèvres s'étaient touchées, il avait senti Constance plus tendue qu'à la normale. D'ou sa précaution d'ôter les balles, "comme par magie". Il souriait. Il ne lui en voulait pas...Mais s'en voulait à lui d'avoir raté sa petite expérience. Il avança sa main vers le visage de Constance, et redressa le menton de sa belle, pour que leurs regards se croisent. Il n'avait pas l'air d'avoir de rancune ou de colère (et c'était le cas: il était juste bienveillant). Il se pencha pour chuchotter quelques mots à l'oreille de Constance, prenant une intonation propre à tout séducteur qui se respecte.

    - Eh bien, si cela n'avait pas été moi, j'aurais probablement fini avec le crâne perforé, mais ce sont les aléas du métier. On compte dix neuf descendants de feu Giaccomo Casanova qui ont été retrouvés assassinnés pour avoir trop abusé de leur pouvoir. Seulement, ils ne savaient pas faire certaines choses...Comme prendre leurs précautions au cas où ils seraient découverts. Je vous présente mes excuses pour avoir employé à nouveau ma Malédiction...Puis-je vous poser une question?

    Malediction. Pas Don. Volontairement, Niccoló était passé d'une nomination bénéfique à une apellation plus diabolique. Après tout, cette faculté de pouvoir fasciner les gens était tant une malédiction qu'une bénédiction. Et en ce moment, il ne savait qu'en penser. Toujours ce sourire enjôleur et bienveillant sur son visage, il plissa légèrement les paupières, et posa, toujours de cette voix douce empreinte d'un accent italien, sa question, bien que Constance n'aie pas répondu positivement à sa demande. Il avait repéré que les jeunes d'aujourd'hui faisaient beaucoup ça...Sans même laisser le temps de latence qu'il avait pris soin d'abandonner à sa belle. Ses deux mains gantées de velours blancs étaient occupées: la première, la main droite, à maintenir délicatement et gracieusement la tête de Constance en l'air (car elle semblait avoir une facheuse tendance à essayer d'observer ses pieds), la seconde, à remettre habilement les balles dans le chargeur de son arme.

    - Que ressentez-vous envers moi quand j'abuse de mes...atouts immoraux? Et surtout...quand je ne les utilise pas.

    La première question était claire, la seconde, un peu moins...Sauf pour Nicco, qui se comprenait en toute situation, bien qu'il s'exprimât dans une langue presque disparue. Il attendait de savoir si la différence entre quand il employait son don, et quand il ne l'employait pas, était grande. Il n'avait jamais réussi à obtenir la réponse à cette question, les gens ayant une tendance à penser qu'ils n'étaient que des objets d'étude quand il posait cette question. Il espérait que ce ne fut pas le cas de Constance. Deux boulettes à la suite...il risquait fortement de la prendre, cette balle dans la tete. Enfin, Constance n'était pas comme les autres. Elle était bien plus.
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Dim 4 Déc - 18:12

Constance c’était fait avoir , et très bien même . Elle n’avait pas vérifier si l’arme était charger avant de vouloir l’utilisé , elle avait du passer pour une petite idiote mais elle ne put s’empêcher de sourire . D’un côté elle était plutôt contente que l’arme fut décharger car si elle avait été charger et qu’elle aurait appuyer sur la détente , Nicco serait surement mort et elle aurait regretter son geste . Alors qu’elle regardait toujours ses pieds ( c’était mal polis mais elle avait un peu peur de croiser le regard de Nicco ) et elle sentit la main de Nicco lui redresser la tête pour pouvoir la regarder dans les yeux . Constance scuta ses expression pour voir si elle devait se tenir sur ses gardes ou ne rien faire . Il n’avait pas l’air en colère , ce qui rassura Constance - il était plutôt gentil , la plupart des personne se serait soit enfuis en voyant l’agressivité passagère de la jeune femme ou aurait réagis de la même manière que Constance : violemment . Nicco se pencha et vint chuchoter quelque mots a l’oreille de Constance :

- Eh bien, si cela n'avait pas été moi, j'aurais probablement fini avec le crâne perforé, mais ce sont les aléas du métier. On compte dix neuf descendants de feu Giaccomo Casanova qui ont été retrouvés assassinés pour avoir trop abusé de leur pouvoir. Seulement, ils ne savaient pas faire certaines choses...Comme prendre leurs précautions au cas où ils seraient découverts. Je vous présente mes excuses pour avoir employé à nouveau ma Malédiction...Puis-je vous poser une question?

Constance fronça un peu les sourcils , il avait changer « don » par « malédiction » . C’était la première chose qui l’avait perturber après - bien que normalement sa aurait été l’inverse chez d’autre personne - ce fut de savoir le nombres de personne qui c’était fait assassinés dans sa famille après avoir trop utilisé leur pouvoir . Dix neuf … Ca faisait beaucoup , vraiment beaucoup et si Constance ne c’était pas arrête et si Nicco n’avait pas prit le soin de retirer les balles du chargeur , sa aurait surement fait vingt ce qui fit grimacer la jeune voleuse . Pendant que Nicco tenait toujours la tête de Constance - qui voulait vraiment aller retourner dire bonjour a ses pieds , car elle avait peur de la question qu’il allait poser - elle jeta un rapide coup d’œil a se que faisait Nicco avec son autre main . Il était en train de recharger son arme , ce que Constance trouva assez dangereux , car si elle était reprise d’une envie de lui tirer dessus , elle ne s’arrêterais surement pas cette fois .

- Que ressentez-vous envers moi quand j'abuse de mes...atouts immoraux? Et surtout...quand je ne les utilise pas.

Constance se sentit rougir , comment expliquer ça ? Elle regarde son verre sur le table , l’attrapa et bu tout le reste du contenu doucement le temps de réfléchir puis elle posa le verre vide sur la table .

- Et bien … c’est difficile a expliquer , quand vous utilisez vos atouts ,dons ou malédictions , vous devenez la seul personne présente a mes yeux , vous pourriez être la personne que je déteste le plus , sa ne changerais rien , vous pourriez me faire faire ce que vous voulez sans que je proteste , et je ressens beaucoup de sentiment a la fois- mais ce ne sont pas des sentiments vrai , enfin je m’exprime mal , et avec tout ça j’ai des envies euh … étrange comme pour ainsi dire quand vous y allez un peu fort … mais quand vous ne l’utilisez pas les sentiments reste , mais cela sont vrai - encore une fois je m’exprime mal - , je suis très bien consciente et euh … je me contrôle … enfin certes , votre questions portes a confusion vous savez , j’aurais pu mal le prendre en pensant que je n’étais qu’une vulgaire fille comme les autres qui vous a permis de répondre a une question .

Non Constance ne pensait pas ce qu’elle venait de dire dans sa dernière phrase mais c’était un bon moyen de changer de sujet

[Comme je l'ai dis sur la cb : c'est un rp long mais merdique - enfin long ... plus long que se que fais en se moment vu que avant je faisait beaucoup plus long x.x ]

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Mer 14 Déc - 8:58

    Niccoló éclata de rire à la dernière remarque de Constance. Décidément, jamais il n'aurait attendu cette phrase après qu'elle lui aie répondu. Une carte passa subrepticement entre ses doigts, passant sous l'un, sur l'autre, sous le suivant...Et disparut.

    - Constance, allons, vous êtes bien au dessus de telles pensées! Ca se lit dans vos yeux. Les mots peuvent etre trompeurs, pas les regards...Enfin, ça dépend de ce qu'on veut en faire, mais je m'égare. Pensez vous que je vous aurais ôté de ma fascination si j'avais voulu que vous répondiez? Baste donc, la langue est trompeuse, le cœur, lui, ne peut tromper. Je vous aime, Constance.

    Comme pour le prouver, un as de cœur se retrouva on ne sait comment dans le verre de Constance. Après tout, elle n'avait rien fait d'autre que de le viser avec une de ses propres pétoires, et de tenter de changer de sujet, ce que Nicco avait parfaitement remarqué. Mais il ne se recentra pas sur sa question, et préféra jouer le jeu. une voix se fit entendre dans un coin du café.

    -Niccoló, penso che ti dobbiamo un piccolo favore, amico mio! Toni! Offre dunque quello che avevamo concordato i due piccioncini!
    - Luigi, gocce! So che ha promesso di darmi una bottiglia quando sono arrivato con il coniuge, ma io preferisco evitare che questa sera è troppo alcolico, comunque!
    -Ho solo una parola, Nicco, che vi piaccia o no, io offro!

    resumé de la conversation: Luigi, un jeune ami de Nicco, était en train d'essayer de régler un vieux compte avec le vénitien, bien décidé à offrir le champagne à Constance et Niccoló. Vieux pari un soir de mai, qui le rattrappait aujourd'hui. Luigi avait une mémoire extraordinaire. Nicco protesta, certes, mais finalement, le serveur apporta une bouteille à Nicco et Constance, avant de lacher un clin d'oeil au vénitien, exaspéré.

    - Je crains que cette soirée soit légèrement plus festive que prévu...le passé nous rattrappe toujours. Luigi avait parié une bouteille de champagne que je ne viendrais jamais ici accompagné de l'élue de mon coeur, et il semblerait que je ne m'en souvint plus...Pardonnez moi d'avoir oublié ce détail, Constance...

    Une musique douce, des paroles en italien...voila que Luigi commençait à envoyer tout ce qu'il fallait pour une soirée pouirrie. Il lui paierait ça.

Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Dim 18 Déc - 22:20

Quand Nicco explosa de rire après la déclaration de Constance , ce qui la surprit un peu ne sachant pas trop comment le prendre , mais très vite elle sourie quand Nicco expliqua la raison de son hilarité . Il avait très bien vu que Constance avait mentie d’un certaine manière . Décidément , elle ne pouvait vraiment rien faire contre lui , a chaque fois qu’elle essayait de lui mentir elle se mentait a elle-même et ça devait se voir - ce qui la surprenait beaucoup d’ailleurs . Son sourire s’agrandit en entendant les quatre dernier mots de la phrase : « je vous aime , Constance » .

- Moi aussi , je vous aime , dit elle simplement en souriant

Elle le regardait dans les yeux trouvant leur couleur très original et très plaisante . Elle regarda « en coup de vent » la table et remarqua quelque chose dans son verre , qu’elle récupéra . C’était une carte , un as de cœur plus précisément . Elle la regard attentivement avec un sourire sachant très bien d’où venait cette carte , enfin plutôt a qui elle appartenait . Elle passa doucement ses doigt dessus pour enlevé les quelques goûte du liquide qui se trouvais dans la verre et qui c’était retrouver sur la carte alors qu’elle était dedans . Elle releva la tête en entendant une personne parler a Nicco . Cette personne parlait italien , enfin c’est-ce que supposa Constance . Elle ne comprit pas vraiment la conversation , enfin elle ne chercha pas trop a comprendre plutôt . Mais vu la tête de Nicco a la fin de la conversation sa n’avait pas trop l’air de l’enchanter .

- Je crains que cette soirée soit légèrement plus festive que prévus …le passé nous rattrape toujours - cette phrase fit légèrement frissonner Constance , il valait mieux que le passé ne la rattrape pas . Luigi avait parié une bouteille de champagne que je ne viendrais jamais ici accompagné de l’élue de mon cœur , et il semblerait que je m’en souvint plus …Pardonnez moi d’avoir oublié ce détail , Constance .

Constance sourit , à la tête de Nicco - et au son de la musique qui fit grimacer Constance - ca ne lui faisait pas vraiment plaisir . En plus , un secret que Constance cachait a merveille , elle tenait pas vraiment l’alcool … donc si la bouteille de champagne venait se rajouter au Campari elle allait finir bourré . Elle se redressa , d’un geste rapide et élégant elle mit une mèche qui était tomber devant son visage en place , elle se leva avec élégance histoire de bien attirer l’attention et se dirigea , avec une démarche souple et fluide , vers le fameux Luigi . Elle plissa légèrement les yeux comme le faisait Nicco - si sa marchait quand Nicco le faisait sur des fille , autant essayer pour voir si elle pouvait le faire et réussir même si y’avait très peu de chance que sa produise le même effet . Elle se planta devant Luigi et lui accorda un magnifique sourire . Elle espéra de tout son cœur qu’il parle quelques mot de sa langue histoire de se faire comprendre et de ne pas parler pour rien , et puis si sa marchait pas , elle avait une deuxièmes solutions .

- Excusez moi ? Luigi je suppose ? Je suis Constance , la jeune femme qui accompagne Nicco . Serait il possible de euh … d’oublier votre parie ? Demanda-t-elle d’une voix mielleuse

Pendant trente seconde Constance crut qu’il n’avait rien compris mais il finit enfin par répondre .

-Nan ! S’exclame t’il avec un accent très désagréable , contrairement a celui de Nicco qui était très plaisant .

Elle ne sut pas trop quoi faire car il commença à se justifier , mais elle ne comprit presque rien a cause de son accent et de la mal maitrise de la langue - la plus part des mots était amoché . Elle poussa un long soupire et hésita à revenir à sa place et opté pour la seconde option qui était beaucoup moins polis . Mais elle décida de faire autre chose qui n'était pas très polis non plus d'ailleurs . Elle se grandit au maximum pour bien dépasser Luigi , elle pointa son doigt vers Luigi et elle prit sa voix … et bien sa voix de garce autoritaire .

- Ecoute moi bien , je viens de passer une magnifique soirée donc , si je te dis pas de bouteille de champagne et tout ce qui s’en suit tu le fais point final . Imprime vite je suis pas patiente .

Elle avait dit sa phrase d’un ton très cassant - elle parlait comme ça pas très souvent , juste les professeurs et quelques personnes qui lui avait taper sur le système avait eu le droit de l’entendre parler comme ça - et elle avait bien insisté sur quelques mots , histoire que si il n’avait pas compris toute la phrase , les mots les plus important soit rentré . Il hocha la tête pour dire oui , ce qui la laissa un peu dans le doute , mais elle n’en demanda pas plus et revint s’asseoir face a Nicco en souriant .

- C’est bon …. Du moins je crois .

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Lun 19 Déc - 11:05

Nicco ne sut pas ce qui fit le plus palir le serveur. Constance, qui devenait franchement inquiétante, ou les deux énormes révolvers, dont le bruit caractéristique de la mise en place du barillet avait alerté la moitié du bar que ces deux joujoux visaient Luigi. Il les rangea au plus vite en voyant que Constance entamait un demi tour pour revenir à sa place, et il espéra que l'éclat de l'acier froid n'aie pas attiré l'oeil de sa belle. Parce que dans la catégorie "persuasion avec instruments", Niccoló sortait franchement tout et n'importe quoi...Et notemment ses revolvers. Le vénitien resta assis, et tentait d'analyser l'accent de Luigi. Il devait venir des environs de Palerme. Accent tranchant que celui de là bas, qui rendait plutot mal si il était appliqué à d'autres langues. Entendre un italien parler Russe était assez amusant, mais un type venant des environs de Palerme qui se voyait contraint de parler un français approximatif, c'était d'un comique assez contestable. Prenez un italien bourré, baillonnez le, et faites lui parler français.Vous avez un aperçu de la chose. Enfin, Niccoló n'était pas là pour ça, et quand sa belle se rassit devant lui, la musique qui passait était un vieux morceau de Jazz.

Le vénitien sortit sa montre de gousset. Il commençait a se faire tard. Oh, non pas que cela lui pose problème, il ne comptait plus ses nuits blanches, mais il ne voulait pas se séparer de Constance. Il était tombé amoureux d'elle a une vitesse hallucinante. Sa demarche, ses mots, son sourire, son regard...tout chez Constance l'avait fait "craquer". Pour un coup de foudre, c'était un coup de foudre plus rapide que la lumière (rendez-vous tous, ou ce sera la guerre!...Hem //vasependre//). Le serveur s'était planqué derriere le comptoir, et lavait les verres en baissant la tete. La, Constance avait mis le paquet.


- Ah ça! Il faut reconnaître que nous, les italiens, sommes plutot tétus, mais non contente d'avoir ravi mon coeur, vous rabattez le caquet d'un autre rital dans la même soirée...Je vais finir par me demander si vous n'avez pas le don de persuasion!

Niccoló éclata d'un rire clair, cristallin. Décidément, cette jeune femme était incroyable. Volontairement, il avait employé le terme péjoratif "rital" pour désigner les italiens. En étant un lui même, il n'avait aucun scrupule a utiliser ce mot quelque peu injurieux. Après réfléxion, il se dit que le fait qu'il aie visé Luigi avec deux énormes revolvers n'était pas pour grand chose dans la capitulation de ce dernier: il n'avait pas même tourné le regard vers les armes. En une phrase comme en mille: Nicco et Constance faisaient bien la paire. Nicco avisa leurs verres, vides, et relevala tête, plongeant le regard ses yeux couleurs de lave dans l'azur de ceux de Constance.

- Souhaitez-vous que nous nous en allions, ou préférez-vous attendre devant un verre vide...Enfin, il existe aussi l'option de re remplir ces verres en question

[Désolé, c'est NUUUUUUUL]
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Mer 14 Mar - 21:10

Quand Constance revint a sa place , elle était quand même un peu déranger . Elle ne savait que ce qu’avait fait Nicco mais la plus part des personne dans le bar avaient palis et les regardaient . Mais quand elle regarda autour d’elle tout le monde baissa la tête . C’était pas elle qui avait causé tout ça mais Nicco . Quand elle fut assise elle ne posa pas plus de question et sourit . Nicco regarda l’heure , et Constance , qui ne c’était pas rendu compte du temps qui c’était écouler , jeta un rapide coup d’œil a son portable .

-Ah ça ! Il faut reconnaitre que nous , les italiens , sommes plutôt têtus , mais non content d’avoir ravi mon cœur , vous rabattez le caquet d’un rital dans la même soirée …Je vais finir par me demander si vous n’avez pas le don de persuasion , dit Nicco juste avant d’éclater de rire .

Constance aimait beaucoup quand Nicco riait c’était tellement plaisant à l’oreille … en faite même si il ne riait pas , l’entendre parler était déjà très plaisant . Et elle ne pu s’empêcher de sourire .

- Et bien , non je n’ai pas de dons de persuasion , par contre de l’entrainement j’en ai .

Elle regarda autour d'elle , les gens avaient tous reprit leur discutions normalement mais certain regardaient encore du coin de l'oeil la table où était assis Nicco et Constance , ce qui mit mal a l'aise Constance . Elle avait l'habitude de se faire remarquer , et sa ne la dérangeait pas plus que sa , mais des fois elle préférait passer inaperçus . En continuant de regarder autour d'elle , elle commença a avoir la tête qui tourna et un léger sourire apparu sur son visage ... Elle secoua sa tête légèrement et regarda son verre . Non sa n'allait pas le faire , pas du tout . Elle se mordit la lèvre discrètement : le verre d'alcool devait être bien alcoolisé pour qu'elle ressente déjà les effets de l'alcool . Elle releva la tête vers Nicco et hésita : soit elle disait être fatigué et rentrait avant que sa devienne pire , soit elle restait . Le choix fut vite fait : elle restait .
Nicco regarda quelque chose , et Constance suivit son regarde . Il regardait les verres et Constance se mordit la lèvres une nouvelle fois toujours discrètement . Si elle reprenait un verre , le lendemain matin allait être assez difficile , et le reste de la soirée aller être assez ... peu clair .

- Souhaitez-vous que nous nous en allions, ou préférez-vous attendre devant un verre vide...Enfin, il existe aussi l'option de re remplir ces verres en question

Constance n'eut pas besoin de réfléchir a ses proposition .

- Allons prendre l'air , si cela ne vous dérange pas , répondit la jeune femme en lui souriant .

Elle se leva et commença a marcher vers la sortit . Elle dû faire un énorme effort pour réussir a marcher droit . Plus les minutes passaient , plus Constance sentait que l'alcool lui faisait de l'effet . Une fois dehors elle respira un grand coup pour se rafraîchir les idées . Elle se tourna vers Nicco et lui sourit .

- Nous faisons quoi maintenant ? demanda-t-elle en souriant

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Ven 16 Mar - 9:55

Nicco avait assez souvent vu ses hommes de main après qu'ils aient un peu trop bu. Parfois même beaucoup trop bu. Et bien que Constance la cachait relativement bien, elle ne pouvait pas le faire de manière parfaite...Seul un excellent comédien en aurait le talent. C'est donc après un petit soupir qu'il passa la porte , toujours un sourire aux lèvres. Non, il n'allait pas profiter d'elle. Mais si elle rentrait au pensionnat dans un tel état, ça allait barder pour son matricule...surtout à cette heure là. Il la prit donc doucement dans ses bras, respirant son doux parfum et caressant ses cheveux avec une délicatesse amoureuse.

- Eh bien...Je crains qu'il soit bien trop tard pour que je vous ramène au pensionnat sans que vous ne vous fassiez sérieusement ennuyer par le personnel, d'autant que vous n'êtes pas tout à fait dans un état attendu dans un établissement scolaire...

Niccoló sourit d'un air désolé. Ce n'était pas très galant de sa part d'introduire un tel sujet dans une conversation pareille, mais il fallait le reconnaitre...Bien, maintenant le moment devenait difficile à gérer. Il n'avait pas d'autres solutions que de proposer cela à Constance, mais il lui fit quand même une offre convenable, qui ne nuisait en aucun cas à sa réputation (Nicco étant trèèèèès à cheval la dessus).

-si vous le souhaitez, je loge dans un hôtel proche, et ma chambre comporte aussi un canapé, je vous laisse le lit, et je vous accompagnerai demain jusqu'au pensionnat, qu'en pensez-vous

Il s'écarta doucement, restant à portée des bras de Constance en cas de besoin, mais ne restant pas tout contre elle en prononçant ces mots...Il ne voulait pas passer pour un violeur. Il n'en était pas un. Pervers, un peu sur les bords, mais certainement pas violeur. C'est pourquoi il offrit à nouveau son bras à sa belle avec une révérence des plus polies, et un sourire enjôleur. Bon, c'était sur, cette fois-ci, il allait la prendre, la baffe. Enfin...en cas de problème, il recommencerait une troisième fois dans la soirée à employer son don. Pas loyal du tout, mais l'alcool n'aiderait certainement pas Constance à résister...enfin, il l'espérait.


[HRP: C'est cours, et pas G² comme truc...mais je savais pas quoi mettre X_X]
Revenir en haut Aller en bas
Constance Greene

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 21

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Constance Greene
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   Lun 23 Avr - 16:00

Constance sentit les bras de Nicco autour d'elle et ses mains caresser ses cheveux . Elle sourit , elle était plutôt bien dans ses bras et sentir ses mains dans ses cheveux était plaisant . Elle s'appuyait légèrement contre Nicco' car le sol commençait à bouger sérieusement . Constance se mordit la langue . Elle n'avait pas fait attention alors qu'elle savait très bien comment elle finissait quand elle buvait quelque chose de trop fort . Elle ferma les yeux quelques secondes le temps de se re-concentrer car elle sentait un sourire lui monter au lèvre sans raison . C'était hors de question qu'elle soit prise d'un fou rire a cause de l'alcool en face de Nicco , ça , elle se l'interdisait .

- Eh bien...Je crains qu'il soit bien trop tard pour que je vous ramène au pensionnat sans que vous ne vous fassiez sérieusement ennuyer par le personnel, d'autant que vous n'êtes pas tout à fait dans un état attendu dans un établissement scolaire..

Elle le regarda . Arf , elle essayait de le cacher , mais apparamant pas assez bien . Elle soupira et lui adressa un petit sourire désolé . C'était pas très polis d'être bourré devant les gens et encore moins devant les nouvelles rencontres .

- Désolé je tiens pas très bien l'alcool ...

Elle évita de le regarder en disant ça . C'était plutôt gênant de dire à quelqu'un qu'une des seules choses capables de l'arrêter était l'alcool . Elle arrêta de s'appuyer contre Nicco en le sentant s'écarter et elle fit un effort de concentration pour réussir a rester droite et debout . Il lui proposa de venir passer la nuit chez lui vu son état et il la ramènerait demain au pensionnat . Elle le regarda longuement en essayant de réfléchir . Il fit une révérence et lui offrit son bras . Elle hésita ... Elle faisait confiance a Nicco mais personne n'était jamais assez prudent . Mais plus les minutes passait plus son cerveau lui disait adieu . Elle hésitait entre accepter et lui mettre une baffe . Mais accepter lui paraissait la meilleure option vu que son état se dégradait peu à peu .

-J'accepte votre proposition , de toute façon , je n'arriverais pas a atteindre le pensionnat dans cet état .

Elle ne savait pas trop si elle avait fait le bon choix , mais d'un autre côté le choix , elle ne l'avait pas trop . Et puis , si sa soeur la voyait arriver comme ça , elle lui poserait pleins de question , et vu son état , elle serait pas capable d'y répondre .

- Tu n'habite pas au pensionnat ?

Elle connaissait déjà la réponse , mais c'était plutôt pourquoi qu'elle voulait savoir .La plus part des personnes habitaient au pensionnat , c'était plus facile et puis , ça avait quelque avantage . Au moins , les personnes pouvaient regagner leur chambre quand ils en avaient envies . Elle ravala son envie de rire sans raison et elle se dit franchement que ça avait été une mauvaise idée de boire ce soir .

--------------


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Una notte en la plaza   

Revenir en haut Aller en bas
 

Una notte en la plaza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ALEC&AMY ∞/!\ HOT ∞ « Bella Notte »
» (f) aubrey plaza ✈ libre
» Un angelo nella notte [Solo]
» Après le Plaza [ARKHAM CITY 1]
» Anthem Plaza (Royaume de l'Agoraphobie), avec Narr Rost (Ouverture des Crabes-Tambours)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Are you ready ?  :: HORS RPG :: Archives :: RPs Abandonnés.-